1 - Sempé M. & Pavia C.
ATLAS de la maturation squelettique du poignet, de la main et du coude.
Édition S.I.M.E.P., Lyon-Villeurbanne. 1979. Masson, Paris

2 - W.W. Greulich & S. Idell Pyle
Radiographie atlas of skeletal development of the hand and wrist.
Second edition, Stanford University Press

3 - Tanner J.M., Whitehouse R.H. and all.
Assessment of skeletal maturity and prediction of adult height (TW2 Method) Academic Press.

4 - Sempé M.
La pédiatrie au quotidien.
Analyse de la maturation squelettique du poignet, de la main et du coude.
Editions Inserm. Doins éditeurs. Paris 1987.

5 - « MATUROS 4.0 »
Biom. Hum. Et Anthropol. 2001, 19, 1-2, p. 9-12 Bouchard M.
> MATUROS_info_recto.pdf
> MATUROS_info_verso.pdf
 • La maturation squelettique > Présentation
    accueil   
  PRÉSENTATION

L'évaluation de la maturation squelettique, parfois appelée détermination de « l'âge osseux », se fait habituellement par l'analyse d'une radiographie du poignet et de la main gauche, qui peut être complétée dans certains cas, par une radiographie du coude gauche, de face et de profil.

 



Le développement d'un enfant, est la résultante de procédés de croissance et de maturation.

En effet, pour atteindre sa taille adulte, un enfant va devoir grandir, ce qui sera surveillé sur une courbe de croissance, et mûrir, ce qui sera évalué par la progression de « l'âge osseux ».

Certains enfants « mûrissent » plus vite, comme dans les situations de puberté précoce. Ils ont alors une avance de maturation squelettique.

Par exemple une petite fille de 9 ans 1/2 présentant une puberté précoce, peut avoir une maturation osseuse déjà à 12 ans 1/2. On dira qu'elle a une avance de maturation squelettique (ou « d'âge osseux ») de 3 ans.

Dans ces conditions, elle grandira 3 ans de moins qu'une autre enfant du même âge qui n'aurait pas d'avance de maturation.

De ce fait, cette enfant éventuellement considérée comme très grande à 9 ans 1/2, mais avec une avance « d'âge osseux », risque d'être très petite à l'âge adulte, car elle grandira moins longtemps.

À l'inverse, un garçon en situation de retard pubertaire, très inquiet par sa petite taille à 14 ans, pourra, s'il a un retard de maturation osseuse, grandir beaucoup plus longtemps que les autres. Sa taille adulte sera alors probablement supérieure à celle de ses camarades qui se seraient éventuellement moqués de lui à 14 ans, alors qu'ils présentaient une puberté précoce.

Il est donc essentiel d'évaluer précisément la maturation osseuse.

En pratique, cette évaluation se fait le plus souvent par les médecins radiologues ou par les pédiatres endocrinologues, en comparant la radiographie du poignet et de la main gauche, aux images d'un ATLAS (voir la partie « ATLAS ») (Sempé & Pavia 1 - Greulich & Pyle 2).

Dans certaines situations particulières, les pédiatres endocrinologues, les médecins du sport, les experts de médecine légale ou criminelle ou tout chercheur s'intéressant à la croissance, pourront utiliser pour un maximum de précision, des méthodes numériques (Tanner 3 - Sempé 4) éventuellement informatisées, comme la méthode MATUROS (5) décrite ci dessous.


> En savoir +

La maturation squelettique : PrésentationAtlasLe logiciel MATUROS
  INFOS LÉGALES design Bleupiment.fr | développement LÉONLACOM