Brauner R. Thibaud E. Bischof P. Sizonenko PC. Rappaport R. Long-term results of GnRH analogue treatment in girls with central precocious puberty. Clin Endocrinol 1978 ;8 :437-44
 • La puberté > la prise en charge thérapeutique
    accueil   
  LA PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE,
   DONT LES MÉDICAMENTS


Les agonistes retard de la GnRH sont la base du traitement depuis plus de 20 ans. Ce traitement est bien toléré. Le problème le plus difficile est celui de la décision de mise en place de ce traitement.
 
• Le traitement de la puberté précoce se fait le plus souvent en injections mensuelles.

• Tous les enfants n'ont pas forcément besoin d'un traitement.

• Le traitement est toujours long mais en principe très bien toléré.
• Le traitement

Le traitement repose pratiquement exclusivement sur les agonistes de la GnRH en injections intra-musculaires. Il existe depuis 25 ans des formes retard de ces produits permettant une injection mensuelle
ou parfois aujourd'hui trimestrielle, alors que les injections devaient être pluri-quotidiennes autrefois.

Les enfants qui appréhendent les injections peuvent bénéficier de traitements anesthésiants locaux en crème ou en patch avant l'injection. Celle ci est réalisée par une infirmière qui se déplace le plus souvent à domicile pour un confort maximum de l'enfant.

Le traitement par agonistes de la GnRH permet une bonne régression du développement mammaire. Par contre il influence peu le développement de la pilosité sexuelle, ce dont il ne faut pas s'inquiéter.
Par ailleurs ce type de traitement a en principe une action satisfaisante sur la croissance et la maturation osseuse ce qui fait tout son intérêt par rapport aux traitements en comprimés qui étaient utilisés autrefois.

En effet chez les enfants qui présentent une accélération anormalement importante de vitesse de croissance et de maturation osseuse exposant à un risque de petite taille définitive, ces produits vont permettre un retour à la normale de la vitesse de croissance et une faible progression voire une non progression de l'âge osseux.

L'enfant grandira ainsi moins vite dans un premier temps (ce dont il ne faut surtout pas s'inquiéter car ceci traduit une efficacité du traitement) mais beaucoup plus longtemps permettant à terme une taille adulte plus grande.


La tolérance est en principe excellente, ces produits freinant la production hormonale inadéquate et n'ayant pas d'action hormonale propre en eux-mêmes. À l'arrêt du traitement, la réversibilité est totale et la puberté reprend parfois même assez rapidement chez certains enfants.


• Les anciens traitements

Les produits utilisés précédemment (médroxyprogestérone ou acétate de cyprotérone) ont une bonne action sur les caractères sexuels et en particulier sur la pilosité. Par contre il n'ont pratiquement pas d'action sur la croissance. De plus ils ont parfois des effets secondaires à type de maux de tête, de fatigue, de majoration de l'appétit avec prise de poids.

Néanmoins ils restent indiqués dans certains cas, seuls ou en association aux agonistes de la GnRH, par exemple en cas d'acné et/ou de pilosité importante, de métrorragies (saignements) ou de formes très évolutives.


• La décision thérapeutique

Tout le problème de ces traitements en fait celui de la décision thérapeutique qui doit être prise par un médecin habitué à l'endocrinologie pédiatrique.
En effet il existe des formes de pubertés précoces très peu évolutives et dans lesquelles la taille adulte semble devoir être satisfaisante (notion de grandes tailles familiales par exemple). Il n'y a donc pas lieu d'infliger un traitement à ces enfants parfois très mûrs et fiers d'un développement discrètement précoce.

De plus, il existe également des formes de pubertés précoces spontanément régressives après quelques semaines d'évolution.
De ce fait les traitements sont rarement proposés en urgence mais plutôt après un délai de surveillance qui permettra au médecin de juger de l'évolutivité de la puberté et de l'absence de régression spontanée.

En France ces traitements entrent dans la catégorie des traitements coûteux donnant lieu à exonération du ticket modérateur dans les pubertés précoces authentiques, c'est à dire dans les formes ayant commencé avant 8 ans chez les filles et avant 10 ans chez les garçons.

 
La puberté précoceLa puberté précoce chez les fillesLa puberté précoce chez les garçonla puberté partielle ou dissociéeÉtiologie
PhysiologieVos questionsInformations utilesLa prise en charge thérapeutique
  INFOS LÉGALES design Bleupiment.fr | développement LÉONLACOM